Pages

lundi 30 décembre 2013

Seuls au monde, tome 1

De Emmy Laybourne.

Pages : 343.

Prix : 15. 11 (Amazon, Fnac)

Année d'édition : 2013.

Édition : Hachette.

Résumé : « Ta mère te crie que tu vas louper ton bus. Tu ne prends ni le temps de la serrer dans tes bras ni de lui dire que tu l’aimes. Forcément… Tu dévales juste l’escalier et tu sprintes jusqu’à l’arrêt de bus. Sauf que, si c’est la toute dernière fois que tu dois voir ta mère, tu te mets à regretter de ne pas avoir pris le temps. Y compris de ne pas avoir raté le bus. Là, le mien arrivait, alors j’ai sprinté. » Dean aurait vraiment dû dire au revoir à sa mère. Lui, son petit frère, ainsi que tous les autres passagers des bus qui devaient les conduire, comme tous les jours, à l’école. Mais comment auraient-ils pu deviner ce jour-là qu’une catastrophe écologique les pousserait à se réfugier dans un supermarché ? Au-dehors, le monde est en proie à des tempêtes qui ravagent leur petite ville, des fuites de produits chimiques rendent les gens violents ou paranoïaques… ou les tuent, tout simplement. Ils sont quatorze, ils ont entre cinq et dix-sept ans, et ils doivent survivre et garder espoir.


Mon avis :

Pourquoi ce livre ?
Car je voulais tester un livre sur l'apocalypse, et que celui-ci avait l'air pas mal.
La couverture :
Bon, on va pas dire qu'elle n'est pas très jolie, mais... Original. Nous voyons différent personnages de l'histoire. Mais je ne le rappelle pas trop qu'il y est eu une tornade dans le livre.

Bien ou mauvais ?
 L'histoire était bien écrite. Quand il y a de l'action, on est dedans. Mais quelques propos sont obsénes, donc pour public avertie. Mais sinon, c'était très bien.
L'histoire :

Lorsque Dean est dans le bus, avec quelques camarades... Quelques chose d'horrible se passe... De la gréle vraiment grosse tombe sur le monde. Le conducteur du bus ne sait pas quoi faire, quelques minutes plus tard : le bus est renversé et prét à exploser. Heureusement, l'autre conductrice du bus, va en sortir quelques un, et va les emmener rejoindre les autres dans un supermarché. Mais elle ne peut pas rester éternellement avec eux, elle doit chercher de l'aide. Quelques jours plus tard, il y aura des choses plus horrible encore de ce qu'il s'est passé...

Pourquoi c'était très bien ?

C'était très bien. L'histoire était bien écrite. Les personnages, enfin quelques un, sont attachants. Mais d'autres sont quand même agacant.
L'histoire était bien ficelé. J'ai bien aimé le personnage de Josie, qui était à la fois autoritaire, mais sensible. Il n'y avait vraiment pas de lenteur, l'action y est. Bref, pas ennuyé. Un bon point positifs déjà. Lors de l'attaque du bus par les grelons, j'ai vraiment aimé ce passage, c'est-à-dire le premier chapitre. On tournait les pages, sans le savoir, tellement qu'on était impliqué dedans. Par contre, j'ai trouvé quelques points négatifs aussi :
- Seuls au monde s'éloignait un peu de son théme principal : l'apocalypse, et s'approchait vraiment beaucoup, de la littérature zombiesque. Cela m'a un peu gêné, car cela m'a trop rappelé Les yeux jaunes, tome 1 : premiers jours, de Yvan Godbout, non que je n'ai pas aimé Les yeux jaunes, mais que personnellement, les livres de zombie, principalement se ressemble.
- Les propos obsénes peuvent être génant pour certaine personnes, personnellement cela ne m'a pas gêné. Par contre, qu'est-ce que ça a voir dedans ? Certaine phrases ne devraient pas être dans un livre jeunesse.
Mais cela reste un bon livre.
Les points positifs : Bonne intrigue, personne attachantes.
Les points négatifs : Ça s'éloignait du sujet. Propos obséne.
Conclusion : Un livre jeunesse plein d'action. Malgré quelques points négatifs, l'histoire était bien ficelé. Par contre, la couverture n'est pas trés belle.
15/20

2 commentaires:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...